お茶点て – O-chatate: Préparation d’un bol de matcha

Avant de me lancer dans l’explication des procédures compliquées et fastidieuses qui font le quotidien d’un hôte de la cérémonie du thé, je voudrais vous parler d’une chose que n’importe qui peut faire chez soi: préparer un bol de thé matcha. En comparaison avec les cérémonies formelles, qui demandent un matériel et un investissement personnel considérables, ainsi que des lieux spécifiques, se faire son bol de thé mousseux est relativement simple. L’important est de prendre le temps de sortir son bol, son fouet à thé, et d’apprécier l’arôme du thé. Le processus est certes plus long que de jeter un sachet Lipton au fond d’une tasse, mais c’est là son intérêt! Il permet de faire une pause reposante et de se vider complètement la tête. La cérémonie du thé, c’est apprécier pleinement l’instant présent car on sait qu’il ne se répétera jamais. C’est le fameux principe de « ichigo ichie » (「一期一会」): « Toute rencontre est importante car elle est unique » (littéralement, « un moment, une rencontre »).

Ochatate 9781

Arrangement floral pour la cérémonie du thé (茶花 – chabana). Les camélias, fleurs hivernales, sont présentées sous leur forme moins ostentatoire de bouton, avec un nombre impair de feuilles.

Le matériel

  • Une boîte de thé en poudre matcha : une fois la boîte ouverte, il vaut mieux la conserver au réfrigérateur. Au congélateur, elle pourra se conserver jusqu’à quatre mois. Les professionnels les plus à cheval sur l’étiquette vous diront qu’une fois la boîte ouverte, le thé tiendra 20 jours, mais c’est à vous de juger en fonction de l’odeur (une odeur rappelant celle de la paille indique que le matcha est passé) et de l’aspect du thé (un vieux matcha tirera légèrement sur le vert-jaune/brun) s’il est encore propre à la consommation. J’ai goûté des thés vieux de plus de 8 mois qui étaient encore très bons ! Pour un rappel des adresses proposant du matcha à Paris, rendez-vous ici.
  • Un tamis/une passoire (facultatif) : le thé ayant tendance à former des grumeaux, les amateurs préféreront le tamiser avant de l’utiliser. Cela facilite aussi la formation d’une belle mousse.
  • Un bol : choisissez un bol de diamètre plutôt large, afin de pouvoir battre le thé aisément.

    Ochatate 9315

    Ce bol à matcha typique est une céramique de style Kyô-yaki. Fabriqué avec de la terre de la région de Sendai, il représente des pins, symboles de longévité.

  • Un chasen (fouet à thé en bambou) : je n’ai pas trouvé d’alternative à l’emploi du chasen, qui est vraiment l’idéal pour mélanger la poudre de thé à l’eau. C’est un accessoire qui est assez coûteux à la base, et qui l’est malheureusement plus encore une fois importé en France. Vous en trouverez néanmoins dans les boutiques spécialisées en thés japonais précédemment citées, comme Chajin et Jûgetsudô, et sur Internet. Les prix vont de 15 à 45 euros selon la qualité de la bête, et peuvent grimper davantage lorsqu’il s’agit de bambou noir fumé.
  • Une chashaku (cuillère à thé) : bien que la cuillère à thé, généralement en bambou, ne soit pas indispensable, elle se révèle très pratique pour évaluer la bonne quantité de thé à mettre dans son bol. Encore une fois, vous en trouverez à des prix raisonnables dans les magasins et sur les sites pré-cités.

Il existe par ailleurs des sets transportables qui permettent de faire son matcha n’importe où (à condition d’avoir de l’eau chaude!). Ce sont des boîtes qui contiennent généralement un petit bol, une boîte à thé, un tissu en lin pour essuyer le bol (茶巾 – chakin), ainsi qu’un étui renfermant un mini fouet en bambou et une cuillère à thé pliante. Pratique ! Un set de qualité standard vaut une cinquantaine d’euros. Un bon souvenir à ramener du Japon si vous aimez le thé.

Ochatate 0445

Mon set portatif à matcha n’est pas des plus beaux, mais il est bien pratique!
De gauche à droite: boîte, étui en bambou, boîte à thé, fouet en bambou, cuillère à thé et bol contenant le tissu enlin.

Le procédé :

 1) Première étape :
faire chauffer de l’eau, tout simplement !

  • Pour les puristes, on dit souvent que la température de l’eau doit être d’environ 73°C, pas plus de 90°C en tout cas. Pour les plus pressés ou ceux qui ne disposeraient pas d’une bouilloire high-tech, faites bouillir allègrement votre eau, mais prenez garde à ne pas vous brûler !

2) Versez un peu d’eau chaude dans votre bol pour le réchauffer, puis videz-le avant de l’essuyer.

  • Il est plus agréable de poser ses lèvres sur une paroi de bol délicatement réchauffée plutôt que sur une surface froide qui contraste trop avec le thé chaud.
Ochatate 0448

Ce geste permet aussi de purifier symboliquement le bol.

3) Facultatif : je vous recommande de tamiser votre thé avant la consommation.

  • Cela vous évitera de boire des grumeaux peu agréables au palais. Si vous répugnez à tamiser toute votre boîte de thé à chaque fois, vous pouvez juste tamiser la quantité souhaitée de thé au dessus de votre bol à l’aide d’une passoire.

4) Dans votre bol maintenant nettoyé, déposez 2 cuillères chashaku à 2 cuillères et demi de matcha (ce qui correspond environ à 2 grammes de thé). Bien sûr, vous pouvez diminuer/augmenter cette quantité en fonction de vos préférences personnelles.

Ochatate 0449

Je mets personnellement 2,5 à 3 cuillères de cette contenance pour un thé standard, ou 2 cuillères si elles sont un peu plus fournies.

5) Verser entre 5 et 7,5 centilitres d’eau chaude dans le bol. Cela doit normalement correspondre plus ou moins à la moitié du contenu d’une louche à eau
traditionnelle (
柄杓 – hishaku).

  • A vous ensuite de faire vos propres ajustements selon vos goûts. Vous pouvez ainsi diminuer la quantité d’eau si vous avez mis peu de thé, ou l’augmenter au contraire en été pour que le thé désaltère mieux, voire pour le rendre plus doux auprès d’un néophyte ou d’un enfant ! Néanmoins, il devient plus difficile de faire mousser le thé lorsqu’il y a trop d’eau.
    Ochatate 0454

    Pardonnez le manque de précision, mais cela donne à peu près ceci.

    Ochatate 0455

    Un bref aperçu de la quantité d’eau encore non mélangée.

6) A l’aide de votre fouet à thé, remuez le mélange.

  • Certains courants, comme celui de l’école Omote-senke, ne mélange que très peu leur thé. C’est d’ailleurs ce que préconisent les vendeurs de thé qui pensent que trop remuer le fouet abîme le matériel et altère le goût du thé. D’autres écoles en revanche, comme Ura-senke, préfère un thé à la surface bien mousseuse. J’avoue avoir un petit faible pour cette version, qui plaît souvent davantage aux personnes qui découvrent le matcha.

    Ochatate 0151

    Un thé façon Omote-senke

  • Ma méthode pour bien faire mousser le thé est de commencer par agiter le fouet doucement au fond du bol afin d’éviter les grumeaux (quelques coups suffisent), puis de remonter en agitant énergiquement le poignet de haut en bas. On termine par quelques coups plus doux à la surface pour effacer les bulles disgracieuses. La mousse doit être aussi fine que possible. Enfin, libre à vous de développer votre propre technique, l’important est que le thé soit bon !
    Ochatate 0457

    Maintenez légèrement le bol avec votre autre main pendant que vous agitez le fouet.

    Ochatate 0459

    Mon exemple est très imparfait car je suis encore loin d’être une experte en la matière, mais essayez de rendre la mousse aussi fine que possible!

7) Appréciez votre bol de thé !

  • Je ne listerai pas ici toutes les bonnes manières que doit respecter l’invité d’une cérémonie du thé, cela mériterait davantage de développements, et je n’ai pas la place de tout écrire dans ce billet. Retenez simplement que par respect envers le bol utilisé (bol qui peut parfois être très vieux/très coûteux), on pose ses lèvres sur le rebord opposé au « devant » (正面 – shômen) du bol. Le « devant » est l’endroit qui comporte le motif principal et que l’on veut éviter d’abîmer. Certains bols ne portent pas de dessin. Par convention, on considère donc que le rebord que l’on nous a présenté en nous remettant le bol est le « devant », et l’on tourne donc le bol à 180° pour boire par le rebord opposé.

    Ochatate 0194

    Les Experts ont pu déterminer que l’invité avait pris le soin de boire par le bord opposé à celui du motif grâce à la trace laissée par le thé…



4 commentaires

  1. nikosan wrote:

    Voici un très bel aperçu de la façon de préparer un bol de matcha ! Simple, concis, efficace… A la mode nipponne !

  2. Seb wrote:

    Merci beaucoup pour cette introduction au matcha. Je commence à récolter les objects en rapport avec le thé et essaye d’affiner ma sensibilité. J’adore mon dernier bol ! 

    Je n’ai pas encore eu le « courage » de ma lancer dans le matcha, ma boutique de thé préféré devrait peut-être proposer du matcha en petit quantités.

    Pourrais-tu stp développé dans un prochain billet la cérémonie du thé pour l’hôte et pour l’invité.  

    Bon ba je vais me servie un thé (même au travail 

  3. Seb wrote:

    Une question, ma boutique japonaise du coin (la seule) vend des petits moulins pour moudre le thé et ainsi faire son propore matcha. Est-ce que cela revient au même ? 

  4. Zazen Rouge wrote:

    Effectivement, le matcha est à l’origine un thé vert moulu. Il arrive aux pratiquants aguerris de la cérémonie du thé de s’essayer à moudre leur matcha eux-mêmes, mais si tu débutes avec le
    matcha, mieux vaut d’abord goûter un matcha déjà tout prêt.

     

    Pour moudre son matcha soi-même, il faut savoir choisir le bon thé (toutes les variétés de sencha ne sont pas forcément propres à être réduites en poudre). Je n’ai jamais moulu de thé moi-même,
    mais mes connaissances qui ont essayé m’ont dit que leurs premières expériences n’étaient pas très concluantes car la poudre était un peu trop grossière et grumeleuse. 

     

    Dans l’idéal, commence par goûter à différents matchas déjà moulus pour déterminer lesquels tu préfères (si ta boutique vend des moulins à thé, elle vend aussi très probablement du matcha déjà
    moulu). Quand tu te seras bien familiarisé avec les thés en poudre et les thés verts japonais, tu pourras tout à fait t’essayer à cette expérience formatrice qu’est moudre son thé soi-même ;)